Le grand avantage, dans notre société contemporaine, c'est qu'aucun choix n'est forcément définitif! Contrairement à nos grands-mères qui restaient femmes au foyer toute leur vie sans avoir la possibilité de changer leur condition, nous pouvons décider de rester à la maison quelques années, puis de recommencer à travailler... Certaines femmes préfèrent retourner au travail lorsque leurs enfants sont tous à l'école, d'autres attendent qu'ils soient « grands » (après le secondaire), d'autres apprécient tellement leur rôle et leur routine qu'elles la conservent pour le reste de leur vie.
Les entreprises de tous les secteurs ont besoin de commis à la saisie de données qui dépendent du service des fonctions administratives et bureautiques. La saisie de données implique la création, la mise à jour et la gestion des données et de l'information. Également appelée traitement de l'information, la saisie de données consiste principalement à entrer des données venant de sources diverses dans le système informatique de votre employeur.
16Des élèves âgés de 11 à 13 ans scolarisés au collège en classe de sixième, sont confrontés collectivement à des exercices de français, orientés vers la compréhension d’écrits et la communication de sens. En tout cent huit élèves de sept classes de trois établissements participent à ce protocole décomposé en cinq phases. Tout d’abord, tous les élèves font individuellement l’exercice initial. Cela offre l’avantage de ne pas tenir compte des résultats scolaires des uns et des autres pour former les groupes. Certains acteurs reconnus par tous comme bons élèves en fonction de leurs niveaux scolaires habituels, n’ont pas forcément des notes aussi bonnes à l’issue du premier exercice, et vice versa pour les moins bons élèves pouvant avoir des scores surprenants. Ce n’est donc pas obligatoirement les premiers qui sont tuteurs et les deuxièmes tutorés. Les groupes sont ensuite constitués ainsi :
job à domicile (saisie de données)a la recherche d`un nouveua jobMerci pour l'info, dommage, lue trop tard. Mais là où je travaille à temps partiel hélas, ils ont ejeune étudiante cherche jobdemande d'un petit jobjobs et stages a l etrangerjoblooking for paid-internship / jobjob ados pour les vacances 2010quelle est la procedure a suivre pour pouvoir avoir une famille d'accueil?et a l'arrive comment obte
6Telle est la vision proposée par Gilly (1988) dans le cadre de la conception psychosociale des constructions cognitives visant à rendre compte du progrès des connaissances. Celui-ci, pour être révélé, suppose de recueillir les pré-requis des participants d’une part, et les dynamiques interactives réalisées par les partenaires d’autre part. La prise en compte des pré-requis permet d’identifier les différents niveaux des partenaires relativement à la tâche à réaliser et de définir au mieux les mécanismes socio-cognitifs mis en œuvre. Contrairement à ce qu’il en est dans la perspective post-piagétienne de l’école de Genève, Gilly établit le constat suivant : le conflit n’est pas forcément nécessaire. Il a montré l’existence d’autres dynamiques (Gilly, Fraisse & Roux, 1988) pouvant être tout aussi efficace et dans lesquelles la confrontation, qui prend la forme d’une perturbation chez les partenaires, aboutissait (confrontation contradictoire) ou non (confrontation avec désaccord) à des propositions nouvelles de résolution.
D’après le ministre, c’est la carence en formation qui a conduit à ce que des entreprises telles qu’ING Belgique doivent élaborer ce genre d’arrangements. Ainsi, il estime que les entreprises doivent prendre leurs responsabilités sociales. “Pas en résolvant tout avec de l’argent mais en aidant les employés à trouver de nouveaux emplois”, termine l’Écho.
N° CNIL 1440274 – Que fait-on de ces informations ? Les éléments communiqués dans ce formulaire seront traitées de manière confidentielle et ne seront utilisées que dans le cadre de la présentation de l’offre de travail à domicile par des conseillers indépendants. Vous ne serez donc pas spammé(e) en vous inscrivant ici. Par ailleurs, ces informations étant couvertes par la loi du 6 janvier 1978, relative à l’informatique et aux libertés, vous pourrez ainsi à tout moment nous demander d’accéder à vos données, de les rectifier ou de les supprimer définitivement en nous écrivant à : contact@travailler-a-domicile.fr.
Je note aussi certaines réactions d’élèves. Par exemple, une tutrice reprend une autre tutrice, car elle l’a entendue donner les réponses, et lui montre comment il faut s’y prendre. Un élève, absent la semaine précédente lors de la leçon sur le COD, a pu rattraper son retard avec l’aide d’un tuteur. Une des deux élèves qui s’étaient montrés réticents à l’idée de devenir tuteur, a accepté d’aider un camarade très en difficulté. Elle s’est installée à côté de lui et l’a longuement et patiemment accompagné, en prenant soin de ne pas faire à sa place, en lui posant des questions et en lui rappelant les techniques. Je n’ai pas manqué de la féliciter et de lui dire qu’elle avait parfaitement rempli son rôle.
Les entreprises de tous les secteurs ont besoin de commis à la saisie de données qui dépendent du service des fonctions administratives et bureautiques. La saisie de données implique la création, la mise à jour et la gestion des données et de l'information. Également appelée traitement de l'information, la saisie de données consiste principalement à entrer des données venant de sources diverses dans le système informatique de votre employeur.
11Dans la présente recherche, la situation tutorale met en présence un tuteur et trois tutorés. Le choix du tutorat intraclasse est fait grâce à l’aspect facilitant de son installation, les élèves des groupes étant choisis au sein d’une même classe. Cela peut perturber la méthode car les élèves se connaissant, les tuteurs peuvent avoir des relations de complaisance envers les tutorés. Cependant, l’aspect essentiel est que les tuteurs ont la possibilité d’aider les tutorés à progresser. Tout d’abord ils peuvent utiliser leurs compétences supérieures et reconnues en ce qui concerne le type de tâches proposées ; ensuite leurs compétences relationnelles, pour permettre aux tutorés de comprendre leur cheminement et leur façon de faire, et de se les approprier.

20Comparaison de la tutelle entre enfants avec la tutelle exercée par l’adulte à l’égard d’un enfant. Concernant les caractéristiques de la tutelle entre enfants comparativement à celle de l’adulte envers un enfant, les travaux conduits dans cette perspective (Winnykamen, 1996, pour une revue sur la question) montrent que les performances des enfants-novices sont meilleures lorsqu’ils sont associés à un adulte. Ce sont les caractéristiques de l’aide apportée par l’adulte comparativement à celles de l’aide apportée par l’enfant qui permettent d’expliquer la différence de performances, et cette différence établit invariablement la supériorité de la dyade fortement asymétrique adulte/enfant.
28Doise et Mugny (1981, p. 174) formulent un constat du même ordre : « il n’est pas exclu qu’existe un décalage temporel entre ces deux types de relations : une coélaboration cognitive (donc de niveau cognitif supérieur) peut être possible sans qu’encore les individus partenaires de ces interactions progressent lors d’un travail individuel ultérieur ». À savoir que, même si les membres de groupes coopératifs sont aptes à progresser suite au travail de groupe, ils pourraient ne pas le montrer encore lors des exercices individuels suivant immédiatement les séances collectives. Les bénéfices cognitifs peuvent apparaître plus tard : les résultats de cette recherche montrent en tout cas cette tendance.
6Telle est la vision proposée par Gilly (1988) dans le cadre de la conception psychosociale des constructions cognitives visant à rendre compte du progrès des connaissances. Celui-ci, pour être révélé, suppose de recueillir les pré-requis des participants d’une part, et les dynamiques interactives réalisées par les partenaires d’autre part. La prise en compte des pré-requis permet d’identifier les différents niveaux des partenaires relativement à la tâche à réaliser et de définir au mieux les mécanismes socio-cognitifs mis en œuvre. Contrairement à ce qu’il en est dans la perspective post-piagétienne de l’école de Genève, Gilly établit le constat suivant : le conflit n’est pas forcément nécessaire. Il a montré l’existence d’autres dynamiques (Gilly, Fraisse & Roux, 1988) pouvant être tout aussi efficace et dans lesquelles la confrontation, qui prend la forme d’une perturbation chez les partenaires, aboutissait (confrontation contradictoire) ou non (confrontation avec désaccord) à des propositions nouvelles de résolution.

38D’autres phénomènes sont repérés au niveau de la situation tutorale, comme les comportements effacés de cinq tutorés sur quarante-cinq, qualifiés de passifs. Ils sont le fait de cinq filles avec toutes des résultats en progression. La passivité est établie lorsque le tutoré a une attitude de retrait par rapport aux interactions dans son groupe. Il n’intervient pas, ne parle pas et semble refuser le contact. Par contre, il n’est pas indifférent à ce qui s’y passe, observe les démonstrations des tuteurs, se penche pour mieux voir et ne se détourne pas du groupe. Cette passivité semble donc assortie d’une forme d’imitation.


Un assistant virtuel est une personne qui livrera ses services à une entreprise ou un individu. Elle est disponible pour son employeur en ligne, et elle fera toutes les tâches qui lui sont assignées: il s’agit aussi de trouver un appartement que de trouver la meilleure offre pour un voyage ou même de rappeler à l’employeur ce qu’il doit faire. Dans certains cas, de bonnes compétences en informatique sont nécessaires, ainsi que des compétences en communication écrite et écrite ainsi qu’une connaissance du monde des affaires actuel lorsque l’employeur est une entreprise.

17Trois types de problématiques ont été jusqu’à présent distingués dans les études expérimentales réunissant un novice et un expert. Alors que certains travaux vont s’employer à comparer la tutelle avec d’autres modes de collaboration, d’autres vont se centrer sur la tutelle entre enfants comparée à la tutelle exercée par l’adulte, ou encore, déceler les facteurs susceptibles d’affecter ces effets. Dans tous les cas, ces expérimentations donnent lieu à une évaluation initiale des performances des sujets novices suivie d’un post-test à l’issue des interactions destiné à mesurer les progrès consécutifs aux interactions développées dans les différentes conditions expérimentales examinées.


34Les travaux relatifs aux tuteurs sont moins nombreux que ceux réalisés sur les novices. Comme pour les bénéfices des novices, nous examinons tour à tour la contribution en la matière des expériences pédagogiques et des travaux expérimentaux. Nous nous centrons sur des travaux récents s’intéressant davantage aux processus inférentiels en jeu dans les interactions, ou encore aux conceptions que les enfants peuvent développer plus largement de la situation d’enseignement/apprentissage.
33Rojas-Drummond et Mercer (2003) montrent dans le prolongement des premiers travaux de Mercer (1996) que la formation à une forme de dialogue qualifié d’exploratoire – caractérisé par un engagement de chacun des partenaires du groupe dans une critique constructive des idées d’autrui – conduit à des échanges de nature différente et à des progrès plus élevés comparativement aux situations que nous allons évoquer ensuite. Ces progrès sont attribués à l’intériorisation des règles apprises dans le cadre du dialogue développé entre les partenaires. Cette forme de dialogue se différencie d’autres formes de dialogue qui s’avèrent au final moins productives que le dialogue exploratoire. La première, centrée sur les désaccords et les décisions individuelles donne lieu à une forme de dialogue basé sur la controverse. La seconde, caractérisée par la répétition ou la confirmation des propos d’autrui sans aucune critique ou remise en cause du discours de l’autre, est qualifiée de dialogue cumulatif. De la même manière, Gillies (2004a) constate que les groupes entraînés à coopérer développent moins de comportements non coopératifs et de comportements individuels sans rapport avec la tâche et qu’ils ont davantage le sentiment de s’écouter, de partager leurs idées et de s’entraider. Il souligne en outre l’impact de la médiation exercée par les maîtres et l’intérêt qu’il y a également à les former à l’exercice de cette médiation. Une étude récente (Gillies, 2004b) a ainsi permis de montrer que les maîtres formés développaient une médiation plus soutenue comparativement aux maîtres non formés qui ont davantage recours aux encouragements verbaux ainsi qu’au contrôle et à la discipline.

L’objectif de cette contribution est de présenter des résultats de travaux anciens et récents pouvant donner des repères utiles au chercheur, au formateur et à l’enseignant intéressé par les bénéfices du tutorat entre enfants. Dans cet esprit, nous avons dressé un panorama des courants théoriques dans le cadre desquels les travaux peuvent généralement s’insérer. Nous avons ensuite cherché à mettre en évidence les résultats issus de travaux pédagogiques et expérimentaux concernant les bénéfices consécutifs de la situation tutorielle chez les novices d’une part, et les tuteurs d’autre part. L’éclairage mutuel de ces deux types de travaux est discuté.
HUGUET Pascal et MONTEIL Jean-Marc. Comparaison sociale, genre et performances cognitives : étude expérimentale de l’intervention des appartenances de sexe dans le fonctionnement cognitif individuel, dans R.-V. Joule, J.-M. Monteil et J.-L. Beauvois. Perspectives cognitives et conduites sociales : contextes et contextes sociaux. Tome V, Delachaux et Niestlé, 1996, p. 33-48.

5Nous venons de le voir, le rôle de la dimension sociale dans la perspective vygotskienne, contrairement à ce qu’il en est dans le cadre du modèle piagétien, est central dans le développement du sujet. Les prolongements européens de cette perspective n’en sont pas moins à l’origine de l’identification d’autres formes de mécanismes socio-cognitifs d’acquisition. Envisagés par l’école de Genève (Perret-Clermont, 1979/1996 ; Doise & Mugny, 1981) sous la forme exclusive d’un conflit socio-cognitif dans lequel les enfants acceptent de confronter leurs points de vue et de rechercher une solution cognitive satisfaisant les deux parties, les mécanismes peuvent aussi prendre la forme d’une simple coopération dans laquelle les apports des partenaires sont complémentaires.

Je passe dans les binômes tuteur/tutoré et m’informe de ce qui se passe. Au fur et à mesure, je note au tableau les éléments de méthode que les tuteurs utilisent : le verbe, on peut le conjuguer, on peut l’encadrer par la négation ; pour trouver le sujet, on demande « qui est-ce qui… ? » ; pour trouver le COD on fait « sujet + verbe + qui ou quoi ? », etc.
La demande de conciergerie en ligne devient de plus en plus forte; Internet offre également de nombreux services et touche plus de clients grâce à une communication simplifiée. Le concierge en ligne fournit les mêmes services qu’un assistant privé à son patron: réserver une table au restaurant, faire des achats en ligne à partir d’une liste détaillée, envoyer des lettres. La méticulosité et l’organisation sont nécessaires pour réussir dans cette activité. Il est également nécessaire d’avoir une bonne connaissance de sa ville, surtout quand il s’agit d’accueillir des hôtes pour passer un séjour des plus agréables et de découvrir les endroits et les conseils les plus intéressants. Des compétences en communication et en rédaction sont également requises pour écrire des informations claires.
52Dans un système basé sur la coopération les différents acteurs travaillent en principe dans un esprit d’intérêt général. La coopération ne va pas de soi et suppose un certain degré de confiance et de compréhension. Ce n’est pas parce que l’on décide de coopérer que l’on coopère effectivement. Jollivet-Blanchard et Blanchard (2004) parlent d’attitudes à acquérir, notamment les aptitudes à communiquer. Dans un groupe, il ne suffit pas « […] d’entendre, de comprendre, de rassembler et de commenter, il faut aussi interroger, rebondir, remettre en question, imaginer… » (ibid., p. 329).
Une autre question est celle de la continuité dans le temps de ce type de travail de coopération. Si des élèves ont été initiés au tutorat pendant une première année, comment rendre la formation pérenne les années suivantes ? Comment inviter les collègues à entrer dans ce dispositif lorsqu’on sait que cela peut bouleverser leurs pratiques pédagogiques ? L’investissement s’appuie également sur le volontariat des enseignants. Le dernier mot du titre de la conférence de Sylvain Connac, « coopérer entre élèves pour apprendre et collaborer entre adultes solidaires », donne l’une des conditions pour assurer cette continuité.
L’inscription à l’Ordre des Tuteurs permet, au salarié qui a suivi la formation de 4 jours et qui l’a mise en application durant une année, de bénéficier d’une prime de 650 € brut, versée par l’employeur. Les modalités d’organisation de ce dispositif et les conditions à remplir par les salariés pour intégrer l’ordre des tuteurs des Travaux Publics sont définies dans le bulletin ci-joint :

La vérité, c’est qu’on ne sait jamais sur quoi pourrait déboucher ce stade actuel de votre carrière. Vous pourriez créer une entreprise suffisamment lucrative pour vous permettre de poursuivre vos activités professionnelles de chez vous. Ou bien vous déciderez que maintenant que les enfants fréquentent l’école à temps plein, vous êtes prêt à réintégrer le marché du travail.
×