Merci pour toutes ces précieuses et utiles recommandations à suivre naturellement. Le travail à domicile rémunéré demeure à mon sens la plus salutaires des activités professionnelles ; ne plus être confrontée à un groupe de travail essentiellement féminin et ce qui en émane, c'est-à-dire une ambiance délétère et néfaste. Travailler dans le confort intime de chez soi et enfin pouvoir se concentrer au calme sur le travail ou les travaux à exécuter. Voilà le sens du travail et la mission auxquels j'aimerai bien m'adonner

MTurk est un site Web qui permet aux utilisateurs de publier soit un emploi ou faire un travail. Chaque travail peut être fait en quelques secondes à une heure. Selon la complexité du travail et le temps imparti pour le travail, payer des montants différents. Je ai pu faire 10 $ de l'heure à plusieurs dizaines d'emplois qui payaient 25 cents chacun. Chaque travail m'a pris juste une demi-minute. Il est très facile de travailler et peut être consulté à tout moment et de travailler aussi longtemps que vous le souhaitez. Il ya toujours de nouveaux emplois.


41Plus largement, les interactions déployées ne sont pas non plus étrangères à la conception que les enfants ont développée de la situation d’enseignement/apprentissage. Les travaux en la matière montrent là encore un lien entre l’évolution de cette conception et la théorie de l’esprit (TE). L’étude de Ziv et Frye (2004) montre en effet que, dès l’âge de 3-4 ans, les enfants reconnaissent une situation d’enseignement à partir du moment où ils détectent une différence de connaissances entre participants (adulte/enfant ou enfant/enfant). Ils montrent également que l’association de cette reconnaissance avec les croyances (sous-estimer et surestimer l’apprenant) des participants n’est réalisée qu’à 5-6 ans lorsque l’enfant accède aux TE. Dans ces conditions, l’enfant s’appuie en premier lieu sur cette connaissance des croyances d’autrui pour juger qu’une situation peut devenir une situation pédagogique. Bensalah et Olivier (2007) ont reproduit et confirmé globalement cette étude avec des enfants de 3, 4, 5, et 6 ans. Les auteurs précisent que les croyances portant sur la connaissance ou non de l’apprenant (sous-estimer et surestimer l’apprenant) sont corrélées à l’accès aux TE et non celles portant sur les connaissances de l’enseignant (surestimer l’enseignant). Il semblerait donc que l’accès à la reconnaissance des états mentaux d’autrui relatifs aux croyances porte en premier lieu sur ce que les enfants connaissent et expérimentent de la situation pédagogique dans leur quotidien. Il semblerait également que l’accès aux TE engendre des changements au plan comportemental du tuteur. Strauss, Ziv et Stein (2002) ont en effet montré que, dès l’âge de 5-6 ans, les enfants-tuteurs ayant accédé aux TE se distinguaient des plus jeunes par une utilisation plus fréquente de la transmission verbale adressée aux novices, alors que les plus jeunes tuteurs présentaient davantage de tentatives de résolution de la tâche, « entravant » ainsi la démarche du novice. Cette étude confirme l’interprétation avancée par Ashley et Tomasello (1998) relative à l’évolution des conduites tutorielles.
Afin de travailler dans ce milieu, plusieurs qualités sont nécessaires : pour commencer, vous devez être quelqu'un de rigoureux. En effet, la saisie est un travail incompatible avec les fautes de frappe ou erreurs d'inattention. De plus, une maîtrise totale des outils informatiques est requise : vous pourrez être amené à utiliser plusieurs interfaces différentes, ce qui nécessite de bonnes capacités d'adaptation.
Si une paire tuteur-tutoré se forme, je demande qu’une fiche « travail en tutorat  » (document Word, environ 15 ko) soit renseignée. Cette fiche est pour le moment très sommaire, mais pourra évoluer avec la pratique. Elle vise à mettre en mots, donc à conscientiser, pour le tutoré, l’objet de ses difficultés, et pour le tuteur les comportements que demande sa fonction. Je demande également le ressenti de chacun quant à cette forme particulière de travail, là encore afin de poser des mots sur ce qui apparaît souvent comme une préférence (mais peut-être aussi comme une gêne).

12L’analyse séquentielle (Gilly, Roux & Trognon, 1999) qui réunit des auteurs dont le point commun s’inscrit dans les thèses de Vygotsky (1934/1985) permet de définir une orientation commune portant sur l’élaboration des savoirs dans et par les interactions. Elle s’attache à rechercher la logique du cheminement interactif dans la construction des savoirs. Il importe de souligner qu’au niveau inter-individuel, dans lequel se situent les analyses, la recherche de l’articulation des mécanismes d’enseignement/apprentissage et des initiatives individuelles, ainsi que la place qu’ils occupent dans l’enchaînement interactif ou l’organisation dans laquelle ils opèrent, relativement à leur efficacité, sont autant de moyens susceptibles d’accéder aux origines de la co-acquisition. Dans cet esprit, Verba (1984, 1999) a réalisé une analyse fiable qui permet de garder en mémoire la signification des épisodes interactifs successifs. Trognon (1999), Roux (2003) ou Sorsana (2003) ont procédé quant à eux à l’analyse de la logique interlocutoire, laquelle constitue une analyse fine des séquences conversationnelles permettant de rendre compte de l’apport mutuel au raisonnement des partenaires.

Le fait d’être un père à la maison ne vous oblige pas nécessairement à mettre votre carrière entièrement en veilleuse. De nombreuses activités professionnelles peuvent être menées à partir de la maison, qu’il s’agisse de gestion de médias sociaux, d’édition et de rédaction, de conception graphique et même de comptabilité, tout en constituant un travail contractuel lucratif. Une recherche rapide dans la section carrières de Monster.ca vous permettra de sonder le monde du travail autonome.
Je ne pouvais pas exiger des collègues de l’équipe pédagogique de mettre en place le dispositif dans leur discipline. De plus, je souhaitais d’abord l’expérimenter dans la classe avant d’en proposer un bilan. Ma réserve tenait au fait que c’était ma première expérience de mise en place du tutorat et que je ne voulais pas bouleverser les habitudes de travail de mes collègues. Je réalise aujourd’hui que j’aurais peut-être dû communiquer à un(e) collègue le nom des élèves concernés par ce dispositif à l’issue du second trimestre, au moins à titre informatif, lors du conseil de classe par exemple. Mais la question de l’appropriation du dispositif par les collègues et l’engagement sur les autres disciplines par les élèves tuteurs ne peut être que suggérée. Aussi, je fais l’hypothèse que la collaboration entre deux collègues, avec toute la richesse que cela pourrait entraîner, donnerait aux élèves un exemple de travail d’échange et permettrait de croiser les regards sur la pratique.
5Les rôles étant préalablement définis, chacun des acteurs peut bénéficier de la présence de l’autre et les coordinations interindividuelles peuvent contribuer à leur développement cognitif respectif (Guichard, 2003). La théorie de Vygotski (1997) sur le développement de l’enfant s’appuie sur la différence de compétences entre celui qui aide et celui qui est aidé. Elle est surtout basée sur des relations adulte-enfant, mais on peut retrouver au niveau d’une situation tutorale  [1] cette asymétrie de compétences nécessaire pour tirer l’apprenant vers le haut (Roux, 2007), et lui permettre d’évoluer dans sa zone proximale de développement (ZPD). C’est l’espace potentiel d’apprentissage, où il pourra faire seul ensuite ce qu’il sait faire avec l’aide d’un autre plus expert. L’enfant va pouvoir s’approprier des connaissances en interagissant avec un plus compétent.
Non mais Nico, je n’ai rien à enseigner … Nous avons tout à enseigner, à partager avec les autres, cela peut être une connaissance ou une aptitude. Vraiment. Et il y a nécessairement quelqu’un d’autre qui a besoin d’apprendre cela. Tu ne me crois pas? Voyons voir sur ce long article je vous dis comment donner des leçons spéciales, je vous promets que vous voudrez vous inscrire après cela (en plus, j’ai fait une petite vidéo pour vous montrer ce qu’est Superprof).
12Les six fonctions d’étayage mises en avant par Bruner (2002, p. 277-279) permettent d’établir des indicateurs de la tenue ou non de leurs rôles par les tuteurs. Pour lui, ce qui est bénéfique tient autant aux composantes socioaffectives qu’aux aspects cognitifs. Les effets d’un tel processus de soutien vont bien au-delà de la simple réalisation assistée de la tâche. Le schéma de l’instruction efficace est à la fois dépendant de l’élève et dépendant de la tâche, les exigences de la tutelle étant engendrées par l’interaction.

26Le pourcentage de progrès des élèves au niveau de la situation coopérative après six séances (37,50 %) est plus important qu’après les trois premières (12 %) et rattrape le retard acquis sur la situation tutorale. Comme le préconisent Abrami et al. (1996, p. 27) le facteur temps est essentiel : Il faut le temps de « s’adapter les uns aux autres, d’établir des normes, d’exprimer leurs idées, d’assimiler les contributions des autres, de dialoguer, de critiquer et d’intégrer les différents points de vue. Si le temps est trop court les élèves n’auront peut-être pas l’occasion de trouver le meilleur moyen de coordonner leurs efforts ou ne prendront peut-être pas la peine de s’entraider ».


Plus surprenant, par contre : les mamans à temps partiel fourniraient davantage d’occasions d’apprentissages à leurs jeunes enfants, tout en étant plus sensibles à leurs besoins, que les mères à temps plein ou à la maison. Leur « sensibilité » étant entendue par l’étude comme : leurs multiples attentions au quotidien, leur positivisme, leur respect de l’autonomie du tout-petit, leur style éducatif, etc.
je suis trés heureuse de lire ces commentaires,je me sens comprise,je ne me sens pas seule,je me sens entourée,c'est un sentiment qui me remplit le coeur,j'ai 27ans je suis maman de deux petites filles adorables 3ans et 5 mois,avant d'avoir ma première j'occupais un poste intéressant dans le domaine médical,malgré quelques soucis et quelques désaccords j'avais comme meme un bon poste,mais une fois que j'ai eu mon ainée j'ai été incapable de la laisser,de me séparer d'elle,c'est à dire de reprendre le boubot,j'ai essayer pour quelques mois mais en final je craquais,ça était dur pour moi,je le vivais mal,j'ai été trés fusionnelle avec ma fille donc incapable de travailler et la sentir loin de moi,et le temps passe, je tombe enceinte de ma deuxième fille, et je suis toujours à la maison je ne travaille pas,mais la situation est complètement différente,je suis devenue trés colèrique,nerveuse,suceptible,angoissée,je vis dans le regret d'avoir laisser mon travail,ma vie sociale,mes collègues,mon échapatoir,je regrette mon choix,je vis trés mal cette situation,ça fait un peu plus de 3ans que ça dure,mon mari ne voit pas et ne comprend pas la détresse que je vis,je n'en parle à personne de peur d'etre incomprise,maintenant je compte réaliser un projet personnel pour pouvoir retravailler à temps partiel mais c'est long,et je commmence à désesperer,à baisser les bras,à me décourager,hors que ça ne me ressemble pas du tout,je suis de tempérament trés positif,je suis une bonne vivante,une rigolote,mais depuis quelques temps je commençais à me rendre compte que travailler c'est vital pour moi,j'ai besoin d'avoir une vie sociale,j'ai besoin de consacrer du temps pour moi,mon comportement avec mes filles a changé, je suis devenue parfois agressive,et je le regrette vraiment,je suis devenue une autre personne,j'ai changé en pire,je jalouse mes copines,mon entourage femmes qui travaillent,je jalouse les femmes qui tiennent à leur famille et en meme temps à leur travaille,maintenant les 3 ans sans travail qui sont passées me semblent comme une étérnité,je me sens comme éteinte sans travail,je suis épanouie avec mes filles,c'est ce que j'ai de plus chér au monde,je suis une maman trés posséssive et poule,mais mon épanouissement personnel et psychologique je l'ai perdu,j'éspére qu'un jour je le retrouverai,parce que je défirai qui que ce soit que si on est pas bien intérieuremet on ne le sera pas extérieurement,voilà c'est mon sentiment profond merci à toutes.
20Comparaison de la tutelle entre enfants avec la tutelle exercée par l’adulte à l’égard d’un enfant. Concernant les caractéristiques de la tutelle entre enfants comparativement à celle de l’adulte envers un enfant, les travaux conduits dans cette perspective (Winnykamen, 1996, pour une revue sur la question) montrent que les performances des enfants-novices sont meilleures lorsqu’ils sont associés à un adulte. Ce sont les caractéristiques de l’aide apportée par l’adulte comparativement à celles de l’aide apportée par l’enfant qui permettent d’expliquer la différence de performances, et cette différence établit invariablement la supériorité de la dyade fortement asymétrique adulte/enfant.
Les réponses apportées aux questions que j’ai posées au groupe des cinq futurs tuteurs (voir le questionnaire [document Word, environ 114 ko] d’aide entre élèves et un exemple de questionnaire rempli [PDF, environ 1,6 Mo]) ont été récapitulées dans un document de synthèse sur l’aide (document Word, environ 44 ko) ; ces réponses m’ont permis de faire émerger d’autres questions. Elles allaient dans deux sens différents.
38D’autres phénomènes sont repérés au niveau de la situation tutorale, comme les comportements effacés de cinq tutorés sur quarante-cinq, qualifiés de passifs. Ils sont le fait de cinq filles avec toutes des résultats en progression. La passivité est établie lorsque le tutoré a une attitude de retrait par rapport aux interactions dans son groupe. Il n’intervient pas, ne parle pas et semble refuser le contact. Par contre, il n’est pas indifférent à ce qui s’y passe, observe les démonstrations des tuteurs, se penche pour mieux voir et ne se détourne pas du groupe. Cette passivité semble donc assortie d’une forme d’imitation.
Ensuite, les mères au foyer affirment que la dynamique familiale au complet (vie conjugale comprise) bénéficie de ce changement, car le stress est beaucoup moins présent au quotidien. Ces familles ne subissent pas toute la pression qui est l'apanage de la vie moderne : se lever, manger à toute vitesse, préparer les lunchs, amener les enfants à l'école ou garderie, aller au boulot, récupérer les enfants, faire les courses, préparer le repas, etc. Les mères au foyer sont plus zen... ce qui ne veut pas dire qu'elles sont paresseuses : c'est un travail à temps plein de s'occuper d'une maison et de deux enfants ou plus!
Comme pour les essais 1 et 2, cette tâche est connue mais complexe, donc les compétences nécessaires pour l’effectuer sont diversement maîtrisées. J’annonce le travail aux élèves, leur explique qu’ils auront six phrases à analyser. Toutes les consignes habituelles sont inscrites sur le billet que je leur distribue et ils pourront – devront – s’y référer autant que nécessaire pour ne rien oublier. Puis j’annonce que nous allons travailler « en tutorat », et que certains pourront être « tuteurs ou tutrices » d’autres élèves. J’introduis également le terme de « tutoré(e) ». Pour l’instant le tutorat est simplement défini comme une aide sur un point précis. Je rappelle que, selon les cas, on peut être tuteur ou tutoré et qu’il faut aussi bien apprendre à demander de l’aide qu’à en donner. Les élèves réagissent immédiatement, pour la plupart désireux de devenir tuteurs, à l’exception de deux d’entre eux qui semblent gênés à cette idée et qui doutent sérieusement de pouvoir donner des explications aux autres.

48Il passe à une attitude inverse : il ne cherche qu’à s’amuser, distraire les tutorés de la tâche voire à les empêcher de travailler. Les résultats de ces derniers confirment pleinement les observations : après avoir accusé des progrès, ils montrent des régressions que l’on peut imputer au changement d’attitude du tuteur (figure 1). Comme le dit Baudrit (1999, p. 9), si une situation tutorale perdure : « À la longue, le tuteur pourrait être tenté par le pouvoir ou par une extension de ses prérogatives (par exemple en s’alignant sur celles détenues par les enseignants). » Et il semble que ce soit en effet le cas avec Bouchta : il prend un peu trop de pouvoir dans le groupe, trop de liberté ; il est au-dessus de tout et ne craint rien, comme si sa position de tuteur le protégeait contre toute remarque concernant son attitude. Après avoir été le tuteur pendant six séances, il s’avère qu’il en a oublié les raisons et surtout qu’il n’assume plus son rôle.
Missions rémunérées sur internet: Vous avez pu lire sur le blog qu’il était possible de gagner de l’argent sur internet grâce à certains sites rémunérateurs. Ces sites proposent de petites missions faciles qui vous rapporteront plusieurs centaines d’euros par mois si vous êtes efficace. Je vous conseille d’aller lire le guide des meilleurs sites rémunérateurs pour en savoir plus.
×