8Le point commun entre ces deux méthodes pédagogiques de travail de groupe se situe dans l’apport d’idées nouvelles et/ou contradictoires d’autrui. Qu’elle vienne d’un pair plus expert ou d’un pair considéré comme un égal, la confrontation de points de vue différents peut permettre la décentration et le développement de la pensée. De simple « facteur du développement » chez Piaget, l’expérience sociale devient « facteur causal » du développement cognitif individuel.
En fait, il est important de rencontrer d’autres entrepreneurs, il y a des clubs ou des réseaux pour cela. Nous pouvons échanger des questions communes, partager des questions, des doutes. J’ai passé plusieurs années au Centre for Young Leaders, qui est un excellent endroit pour grandir en tant qu’entrepreneur. Mais le désavantage de ces associations ou clubs est qu’il ne prend pas beaucoup de temps et d’argent. La CJD, par exemple, est de 10 à 20 heures par mois lorsque nous sommes pleinement engagés, et de 5 à 7 000 euros de budget global (contributions, formation, frais, etc.). Il y a de belles rencontres, des pairs pour penser à son entreprise, de grandes personnalités, de nouveaux amis, … J’ai rencontré mon mari ? Mais c’est assez prenant, et impossible de démarrer dans la phase de démarrage.

Ainsi, nous avons mis en place un process simple et efficace. Il détaille étape par étape nos actions depuis la réception des données par notre équipe en Normandie, à la remise des documents numériques à nos clients. Il nous a permis d’assurer un travail irréprochable auprès de nos clients. Et, pour toujours vous garantir ce résultat, nous continuons à améliorer notre process.
18L’objectif est d’inciter les élèves à échanger leurs points de vue, de mettre en commun leurs connaissances et leur façon de chercher les réponses. Les questions posées sont donc ouvertes, fermées ou semi-ouvertes. Par exemple, pour l’exercice collectif trois portant sur un extrait du Petit Nicolas, la question « qui est désigné par le pronom je, ligne 1 ? » vise directement à chercher la réponse dans le texte. Une autre question nécessite de faire appel à des apports personnels : « qu’est-ce qu’une vaccination ? », la réponse n’étant pas dans le texte. Puis une suivante incite une lecture spécifique du document en rassemblant plusieurs éléments fournis par le texte : « quels âges avaient les auteurs quand ils ont écrit l’histoire ? » Cela pour inciter à la réflexion, permettre les discussions vers l’obligation de se mettre d’accord. Chaque réponse correcte est sanctionnée par un point, l’absence de réponse ou une réponse erronée par une absence de point. Cela dit, il importe de ne pas compter de la même façon une absence de réponse comptant zéro et un effort de réponse juste mais incomplète, méritant d’être positivement évaluée par un demi-point. En somme des tâches ni trop complexes, ni trop simples, ne pouvant pas être mieux réalisées par un seul individu.
40Partant de l’hypothèse selon laquelle les activités inférentielles relatives aux états mentaux du partenaire interviennent au cours des interactions socio-cognitives, Gauducheau et Cuisinier (2003, 2004) tentent ainsi de comprendre sur quels éléments de la situation des enfants de 9-10 ans s’appuient pour produire ces inférences. Il s’agit dans le cadre de cette étude d’examiner, sur la base d’une situation d’interaction filmée, quels contenus mentaux peuvent être attribués aux sujets en situation d’interaction, d’apprécier la pertinence de ces inférences et d’analyser le rôle des aspects non verbaux des conduites d’autrui pour inférer ces états mentaux. Deux situations sont pour cela contrastées : l’une sonore et l’autre muette. Les résultats rapportés à l’aide d’un questionnaire montrent que les réponses des enfants sont similaires dans les deux cas. Ceci atteste que les expressions non verbales constituent des indices importants pour réaliser les inférences sur les états mentaux d’un pair en situation de collaboration. Reste à déterminer si les enfants mobilisent spontanément ces inférences au cours de l’interaction, à évaluer l’incidence de ces inférences sur les ajustements mutuels et à en appréhender le développement progressif.
Les opérateurs de saisie à domicile sont beaucoup demandés par les entreprises. En effet, lorsqu'elle confie ce travail à une personne extérieure, l'entreprise dépense moins puisqu'elle paie au résultat — et n'assume pas un salaire en entier. Pour trouver un poste d'opérateur de saisie à la maison, il est recommandé de chercher au bon endroit. Il faut vous rendre sur les sites d'offres d'emploi. Par exemple : Monster.fr, Vivastreet, Keljob, Regionsjob, etc. Vous pouvez également proposer vos propres annonces gratuites sur ces sites tout en prenant bien soin de laisser vos coordonnées et de préciser votre expérience.
Alors maintenant, nous savons comment garder l’argent sur Internet et nous sommes en mesure de l’utiliser plus tard, faire quelque chose de plus sérieux … gagner de l’argent! A ce stade, nous devrions penser à choisir une méthode ou un domaine qui va nous gagner car il y en a beaucoup comme PTC, PTR, Aurora, uploader, freelance en Tunisie … ou si vous êtes un professionnel et que vous gérez un domaine bien défini vous êtes également les bienvenus … tant de tutoriels, de guides et de stratégies sur les devoirs seront mis en place sur notre site expliquant le concept de chacune de ces méthodes pour vous permettre de gagner de l’argent en Tunisie selon vos compétences et selon le temps qui vous est consacré … Je vous invite à rejoindre notre page facebook pour découvrir et bénéficier des nouveaux tutoriels publiés!
Vous pourriez commencer votre propre service de garderie, si vous avez plus d'espace dans la maison et une de la taille, belle cour clôturée. Vous aurez besoin d'obtenir un jardin d'enfants de licence et ne peut avoir autant d'enfants par soignant. Vous pourriez payer environ 150 $ par semaine, par enfant, et de faire 600 $ par mois pour chaque enfant. Si vous regardez trois enfants, vous pourriez être faire $ 1800 par mois!

Cette façon de travailler plaît aux élèves et les motive : ils manifestent une satisfaction à donner ou à recevoir de l’aide. Le niveau sonore augmente sensiblement et il y a de nombreux déplacements qui m’obligent à être attentif au début. Mais, au bout d’un moment, je reconnais que l’ambiance de classe est très appréciable, et que derrière un désordre apparent les élèves sont tous au travail. Finalement, le dispositif me libère même du temps pour passer d’une table à l’autre et pour parler individuellement avec les élèves.
vae bac pro commerceRECHERCHE ACCOMPAGNATEURS VAE DEES BENEVOLEvae educ spécombien y a-t-il de pourcentage de réussite à la validation des acquis de moniteur éducateur et éducBonjour, Titulaire d'un Master en biologie marine et travaillant actuellement dans le tourisme. JBJR, Je viens d'être inscrit au VAE, j'ai qques difficultés avec mon livret 2. merci de me contactRégion Pays de Loire : Coordinatrice à Culture et Liberté Rezé, nous sommes mandatés par la DDTEPF pBonsoir, je suis éducatrice spécialisée et je vais tenter la validation des acquis de l'expérienceReconnaissance de diplôme suisse et Union EuropéenneBonjour! Je suis une maman née en 70, de 4 enfants 16ans 7ans 5ans et 3ans....j'aimerais avoir quelq
33Cela dit, un seul groupe sur quinze est dans ce cas au niveau de cette situation, alors que cinq groupes coopératifs sur seize voient leurs trois membres en position de non-progrès après les trois premières séances, puis trois après les six séances collectives. Le phénomène le plus récurrent constaté dans ces groupes-là est le conflit pour la possession de la feuille de marque. En effet, son unicité semble conférer un certain pouvoir à celui qui la détient. Cela représente une source de conflits sociaux non négligeables prenant du temps et de l’énergie, non redistribués sur la résolution de la tâche.
6L’apprentissage coopératif se rapproche des travaux de groupe habituels en contexte situationnel scolaire, avec cette fois, des rôles non déterminés. Sa spécificité se situe dans le fait que l’apprentissage et les progrès de tous les membres du groupe sont visés, et que la participation de tous est nécessaire. Aux États-Unis la coopération recherchée entre les membres du groupe est associée à la compétition entre les différents groupes (Slavin, 1995). Cette forme particulière de travail collectif s’appuie sur une coopération intragroupale et une compétition extragroupale. Plusieurs autres formes d’apprentissage coopératif existent, comme la méthode jigsaw ou coopération en puzzle, dans laquelle chacun des membres d’un groupe étudie une partie d’un sujet puis l’enseigne aux autres. Cela offre l’avantage d’une large vision du sujet à tout le groupe, mais chaque membre ne connaît parfaitement que la partie qu’il aura étudiée.

Vos connaissances seront utiles dans les domaines de l'administration ou des technologies de l'information, mais vous pourriez tout aussi bien rejoindre le domaine de la vente, du marketing, des ressources humaines ou d'autres domaines connexes. Parmi les rôles potentiels que vous pourriez endosser figurent les suivants : commis de bureau, assistant administratif, assistant en ressources humaines, commis comptable et bien d'autres. 
Dans un premier temps, six professeurs (du CE2 à la 6e) se sont engagés à participer, avec l’équipe de circonscription, à la conception et à la rédaction du projet. Cela permettait de mener des expérimentations dans le premier degré comme dans le second degré. Au début, les modalités de la coopération susceptibles d’être expérimentées n’étaient pas fixées, tant sur le fond que sur la forme, mais s’interroger sur les pratiques coopératives en classe, et particulièrement dans les établissements REP+, a paru d’emblée intéressant. En effet, les difficultés rencontrées au quotidien, telles que les difficultés scolaires et les problèmes de comportements semblaient appeler d’autres modalités de travail et une certaine innovation pédagogique. Un tel projet pouvait faire progresser les élèves dans les apprentissages fondamentaux et améliorer le climat scolaire. Certains membres de l’équipe avaient déjà réfléchi à des dispositifs possibles, tels que la formation d’« élèves ressources » par champs de compétences en école élémentaire, ou encore la mise en place de jeux coopératifs dans la cour ou en EPS. Cependant la mise en œuvre avait seulement été occasionnelle, irrégulière et n’avait pas été pérennisée. Aussi l’appel à projet de Réseau Canopé a-t-il semblé un vecteur possible pour inscrire ces pratiques dans le long terme.
Déjà difficile, cette situation l’est encore plus quand elle est subie. « Mon salaire n’aurait pas couvert les frais de garde, d’autant que mes horaires étaient variables d’un jour à l’autre, ce qui rendait l'organisation difficile. Je n’ai donc pas eu vraiment le choix . J'ai arrêté mon job », témoigne Émilie. Si cette ex-coach sportive déclare s’éclater aux côtés de ses « deux loulous », c’est loin d’être le cas de toutes les femmes confrontées à la même situation. « Il n’existe aucune formation pour apprendre à élever sa progéniture. C’est une occupation chronophage, qui génère souvent des réactions émotionnelles fortes. Pas étonnant que certaines craquent ou tombent dans la dépression », déplore Isabelle Filliozat. Pour éviter de sombrer, une seule solution : voir du monde. Réunions organisées par la Leache League ou l’Union nationale femmes actives et foyer (FAEF), échanges dans des groupes de parents, sorties au parc à plusieurs… tout est bon ! Sans oublier bien sûr le meilleur : garder du temps pour son couple et ses virées entre copines.
Fiverr est un site où vous pouvez trouver des gens qui vendent un service pour 5 $ ou vous pouvez acheter un service pour $ 5. L'un des services les plus populaires que je ai vu sur ce site, est une personne qui a écrit un message à une personne de moins le sable sur la plage et a ensuite pris une photo de lui et l'a envoyé à cette personne par courriel. La personne qui vend le service qui fait pratiquement une vie hors de lui!

42Au niveau de la situation coopérative, on peut observer des élèves en retrait, tous du genre masculin et n’accusant pas de progrès. Ils ne semblent pas observateurs ou imitateurs, se désintéressent du travail, et sont repérés dans les groupes où se trouvent des élèves leaders prenant l’ascendant sur leurs pairs. Ainsi, ce qui paraît profitable dans le cas du tutorat, à savoir l’imitation et la passivité sous l’égide d’un pair plus directif, semble devenir un handicap quand les rôles ne sont pas définis dans une structure non hiérarchique.

25La modélisation de dialogues tutoriels. Ce courant d’investigation est consacré à la modélisation du dialogue entre un élève avancé et un autre moins avancé en fonction des performances de ce dernier. Ces travaux sont issus de différents champs conceptuels relevant de la psychologie cognitive et sociale, de l’étude des processus du discours, de l’intelligence artificielle, de la linguistique computationnelle4, des statistiques et de l’éducation. Graesser, Lang et Roberts (1991) se sont ainsi consacrés à la modélisation des dialogues basés sur le jugement de qualité des questions et réponses de collégiens à propos de petites histoires dont ils avaient pris connaissance au préalable. L’étude de Graesser, Wiemer-Hastings, Wiemer-Hastings et Kreuz (1999) en constitue le travail le plus abouti. Il consiste en un programme appelé AutoTutor qui simule le discours et les stratégies pédagogiques, dans le domaine de l’informatique, d’un tuteur humain tout venant ayant pour fonction d’aider les élèves du collège dans cet apprentissage. Les auteurs ont conçu ce programme en partant du constat que, malgré des connaissances modestes des tuteurs en informatique, ils étaient efficaces auprès des élèves moins avancés. Ce constat en partie soutenu par des travaux synthétisés par Cohen, Kulik et Kulik (1982) a fortement motivé la constitution de ce programme. Il a notamment pu être implémenté à partir de données recueillies dans plusieurs travaux, notamment ceux de Person, Graesser, Mogliano et Kreuz (1994), qui ont ainsi étudié les liens entre la nature des questions et des réponses de 44 dyades d’élèves et les performances des moins avancés. Ils mettaient en évidence que la qualité des réponses des élèves avancés constituait un indicateur important permettant d’inférer la compréhension de l’élève moins avancé. En revanche, les questions : « Tu comprends ? » adressées aux moins avancés étaient équivoques au regard de la compréhension de ces élèves. 100 heures de discours (sur une dizaine d’années) portant sur des dialogues tutoriels ont été implémentées au programme. Elles étaient issues du domaine de la psychologie (cours de méthodologie et de statistique pour étudiants) et des cours d’algèbre d’élèves de lycée. L’objectif de ce programme (AutoTutor) était d’assister directement les élèves dans ces différents domaines. L’étude des dialogues entre l’AutoTutor et l’élève a montré une lente convergence des partis vers une signification partagée des connaissances durant les séances de tutorat. Il arrivait néanmoins que la différence de connaissances soit trop grande entre l’AutoTutor et l’élève, ce qui créait une incompréhension inévitable. Ceci n’est pas sans rappeler les conditions d’un possible apprentissage selon Vygotski (cf. la zone de développement proche). Les analyses indiquent également que l’AutoTutor a rarement une conduite de démonstration et que, d’une manière générale, il n’élabore pas spontanément de stratégies élaborées. En outre, il possède une mesure approximative des connaissances actuelles de l’élève. En revanche, il apparaît que les stratégies tutorielles qui consistent à assister l’apprenant dans l’élaboration de ses explications et de ses modèles mentaux de la tâche constituent une caractéristique importante du tutorat.

Je suis tellement heureuse d'avoir lue votre article, il ne fait que renforcer mon opinion face a la "job" de maman. Je suis moi-meme mere d'une fillette de 2 ans, et je ne cesse de dire a mon conjoint que j'adorerais retourner travailler a temps partiel, histoire de faire un peu d'argent de poche, sortir et socialiser avec les autres, mais malheureusement il ne partage pas la meme idee que moi, il dit que nous n'avons pas fait un enfant pour le faire elever par les autres ...)


Se posent est l'une des sociétés populaires qui permettent aux individus démarrer une entreprise à domicile et travailler de la maison. Se travaille avec plusieurs sociétés pour gérer les demandes de service client, support technique et les ventes. L'entreprise assure la formation pour que vous soyez un spécialiste d'interaction client surviennent Certified Professional. Vous pouvez choisir quels clients à servir, ainsi que de choisir le meilleur calendrier qui fonctionne pour vous.

Bonjour, Sérieuse et motivée, je suis disponible pour réaliser vos transcriptions à 35 euros l'heure d'enregistrement audio comprenant la correction grammaticale, orthographique et la mise en forme que vous souhaitez. Je peux vous aider dans la rédaction de vos mémoires ou thèses ainsi que la mise en forme. J'en ai réalise de nombreux Et je vous assure un travail de qualité. Vous pouvez me joindre par mail cindy44760@gmail.com pour des informations complémentaires ou un tarif. Mlle guilbaud cindy

Avant d'avoir ma première fille, j'enseignais à temps plein dans une école secondaire. J'adore l'enseignement, pas la paperasse ni les nombreuses rencontres avec les parents et surtout pas les corrections jusqu'à minuit. Je suis à la maison depuis presque 2 ans. Il y a une différence de 21 mois entre mes deux filles. J'aime beaucoup être à la maison mais je dois définitivement me trouver des activités à faire sans mes filles.
L’employeur peut demander l’inscription à l’Ordre des Tuteurs d’un salarié ayant obtenu le titre de maître d’apprentissage confirmé et suivi une formation appropriée et s’il exerce effectivement la fonction tutorale. Cette demande est accompagnée d’une copie du titre de maître d’apprentissage confirmée ainsi que de l’attestation de stage. L’employeur verse également à ce salarié, au moment où il intègre l’ordre, une prime de 650 € brut.
Je suis d'accord. J'ai pris 40 semaines de congé parental. je devais prendre une autre année en congé différé. Pour diverses raisons, j'ai dû retourner travailler après 13 mois de congé en tout. Sur le coup, j'étais triste et j'avais l'impression d'abandonner mon enfant mais après quelques semaines, j'étais bien contente de faire autre chose de gagag gougou. heureusement, j'ai la chance d'avoir une nanny à la maison. Comme je travaillais alors sur les chiffres, j'ai été une autre année très présente ayant des congés en semaines et commenàant souvent à 15h00 ou 19h00, j'ai passé beaucoup de temps avec mon fils. maintenant, je suis sur un poste de jour 4 semaines de 4 jours et la cinquième de 5 jours. Mon fils va à la garderie 2-3 ou 4 jours semaines et sa nanny vient une ou deux journées. Je crois qu'il a le meilleur des deux mondes et moi aussi.

Des évaluations se pratiquent régulièrement (cf. ci-dessus). Elles ont pour but de vérifier si les objectifs intermédiaires ont été atteints. Cela peut se faire par le biais des Q.C.M. (Questionnaire à Choix Multiple) présents en fin de certains chapitres. Les résultats de ces évaluations sont, si nécessaire, objets de discussion entre l'apprenant et le tuteur.
Les parties signataires mandatent leurs représentants au sein du Conseil d’Administration de l’OPCA-TP et du FAF.SAB pour fixer, conformément aux dispositions législatives et réglementaires, le montant et les modalités d’attribution des aides financières qui seront apportées à l’entreprise dont le salarié aura été inscrit à l’Ordre des tuteurs des Travaux Publics ; ces prises en charges seront notamment les suivantes :
Je suis tellement heureuse d'avoir lue votre article, il ne fait que renforcer mon opinion face a la "job" de maman. Je suis moi-meme mere d'une fillette de 2 ans, et je ne cesse de dire a mon conjoint que j'adorerais retourner travailler a temps partiel, histoire de faire un peu d'argent de poche, sortir et socialiser avec les autres, mais malheureusement il ne partage pas la meme idee que moi, il dit que nous n'avons pas fait un enfant pour le faire elever par les autres ...)
Le samedi 30 septembre a eu lieu le premier tutorat de l’année. Il était essentiellement dédié aux étudiants de première année (K1), pour leur permettre de s’entrainer et de revoir leurs Travaux Pratiques (TP). L’objectif de ce premier tutorat était la mise en situation d’examen, afin de les familiariser, le plus tôt possible, au déroulement de cette épreuve.
NE répondez pas à cette annonce qui n'est ni plus ni moins une grosse arnaque ! Depuis quand en France il faut payer pour travailler ? au lieu de dire que vous êtes intéressés par cette annonce, allez sur leur site et vous verrez qu'ils vous demande de l'argent pour vous inscrire et qu'après et bien vous n'aurez jamais de réponde comme c'est le cas pour bcp.

Avant de passer à la phase 2 de la séance, j’arrête le travail quelques minutes et reviens à un temps collectif pour passer de nouvelles consignes : je désigne des élèves tuteurs et les fais reconnaître par les autres. Ceux-ci pourront maintenant poursuivre seuls leur travail s’ils sont déjà engagés dans une procédure de résolution, ou faire appel aux élèves tuteurs.


Choisir d'être une maman reste à la maison et ne pas travailler à temps plein est une décision importante. Toutefois, si vous voulez prendre un emploi à temps partiel en plus de continuer à être une maman reste à la maison, il ya des options se offrent à vous. Ces possibilités d'emploi à temps partiel qui se adaptera à votre horaire de séjour-mère à la maison comprennent le tutorat, l'écriture freelance, web design, et les ventes par Internet.
14Chercher à savoir si la situation tutorielle est efficace implique de circonscrire les conditions qui optimisent la présence de telles conduites dans cette situation. L’analyse de la teneur de l’intervention tutorale en situation scolaire (Baudrit, 2003) dénote une grande variabilité en fonction de l’activité proposée aux acteurs du tutorat mais également de la « congruence cognitive » du tuteur, laquelle repose à la fois sur la maîtrise par le tuteur du contenu à enseigner et sur sa capacité à se montrer le plus proche possible de son partenaire.
Saisie.fr vous propose la réalisation de vos projets de saisie de données dans le respect total de vos consignes énumérées dans le cahier des charges, du délai arrêté à l’avance et de vos exigences de qualité (double saise sur un champs par exemple). En activité depuis près de 15 ans, Saisie.fr vous assure une marge d’erreur de 1/10 000 caractères pour les documents tapuscrits et de 1/1 000 caractères pour les documents manuscrits. Des équipes expérimentées prennent en charge la réalisation de vos projets de saisie d’annuaires, de coupons, de questionnaires, d’enquêtes, de fichiers de contacts, de formulaires ..........et une traduction juridique anglais espagnol. Freelance informatique : le site de l'emploi freelance. Missions pour informaticien et consultant indépendant.

Les salariés des entreprises de Travaux Publics qui ont suivi la formation de 4 jours, visée en annexe, avant le 1er janvier 2010 et qui ont effectivement exercé la fonction tutorale postérieurement à cette formation, pourront recevoir la prime de 650 euros versée par l’AGFASTP et les employeurs de ces tuteurs pourront bénéficier de la prise en charge complémentaire des coûts de formation prévues par l’accord du 23 septembre 2003 à condition que la demande de versement de cette prime et de cette aide complémentaire intervienne avant le 30 juin 2010.


Le samedi 30 septembre a eu lieu le premier tutorat de l’année. Il était essentiellement dédié aux étudiants de première année (K1), pour leur permettre de s’entrainer et de revoir leurs Travaux Pratiques (TP). L’objectif de ce premier tutorat était la mise en situation d’examen, afin de les familiariser, le plus tôt possible, au déroulement de cette épreuve.
Avant de passer à la phase 2 de la séance, j’arrête le travail quelques minutes et reviens à un temps collectif pour passer de nouvelles consignes : je désigne des élèves tuteurs et les fais reconnaître par les autres. Ceux-ci pourront maintenant poursuivre seuls leur travail s’ils sont déjà engagés dans une procédure de résolution, ou faire appel aux élèves tuteurs.
Saisie.fr vous propose la réalisation de vos projets de saisie de données dans le respect total de vos consignes énumérées dans le cahier des charges, du délai arrêté à l’avance et de vos exigences de qualité (double saise sur un champs par exemple). En activité depuis près de 15 ans, Saisie.fr vous assure une marge d’erreur de 1/10 000 caractères pour les documents tapuscrits et de 1/1 000 caractères pour les documents manuscrits. Des équipes expérimentées prennent en charge la réalisation de vos projets de saisie d’annuaires, de coupons, de questionnaires, d’enquêtes, de fichiers de contacts, de formulaires ..........et une traduction juridique anglais espagnol. Freelance informatique : le site de l'emploi freelance. Missions pour informaticien et consultant indépendant.
7D’autres dynamiques ont été relevées par Gilly et al. (1988). C’est le cas de la co-construction et de la co-élaboration acquiesçante. La co-construction est définie comme suit : « Le sujet A commence une action ou une phrase, reprise par B, qui poursuit ce qui est commencé ; puis A prend de nouveau le relais et ainsi de suite ». Chacun semble apporter sa contribution à la résolution de la tâche comme l’évoquent Beaudichon et al. (1988). Dans leur définition du mécanisme de co-construction, Gilly et al. (1988) n’écartent pas l’idée que des interventions de l’un puissent perturber à un moment ou à un autre la démarche de l’autre. La co-élaboration acquiesçante est selon nous à rapprocher de l’imitation et de la tutelle si on applique cette grille de comportement à la situation tutorielle – puisqu’à l’origine ce comportement est observé en situation « collaborative ». En effet, d’après Bensalah, Siri et Rivez (2002), deux scénarii peuvent être adossés à la conduite suivante définie par Gilly et al. (1988) :
Vous avez des données brutes sur un support quelconque tel que copie scannée, fichier sous divers formats (tableur, texte, pdf, image...) et avez bien sûr une idée de ce que vous voulez en obtenir : cela peut être avoir simplement les données brutes saisies sur tableau Excel avec mise en forme sommaire et vous en restez là (quoique les données brutes sont souvent difficiles sinon impossible à exploiter du tout); ou bien obtenir des données saisies convenablement mises en forme et ayant subi des traitements par le biais de formules et de divers outils (mise en forme conditionnelle, calculs , tri, filtre, tableaux croisés dynamiques, graphiques, macros…) pour pouvoir être exploitées comme vous le souhaitez, car Excel ne sert pas qu’à faire des tableaux, c’est aussi un outil puissant de traitement et d’analyse des données.
Entre d’une part : la Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP), la Fédération Nationale des Sociétés Coopératives de Production (FNScop-BTP) section Travaux Publics et, d’autre part : la Fédération Nationale des Salariés de la Construction et du Bois - CFDT, la Fédération BATI-MAT-TP-CFTC, la Fédération Générale Force Ouvrière du Bâtiment et des Travaux Publics et ses activités annexes - CGT F0, le Syndicat National des Cadres, Techniciens, Agents de maîtrise et assimilés des Industries du Bâtiment et des Travaux Publics et des activités annexes et connexes - CFE-CGC-BTP.
37À partir du bilan des premiers travaux réalisés dans les années 60 et 70, Hartup (1983) identifie les conditions tutorielles qui permettent de recueillir de meilleures performances chez le tuteur que chez le sujet qui ne bénéficie pas d’une telle expérience. Ces conditions évoquent la nécessité d’une intervention tutorielle, qui doit s’étaler dans la durée, d’une maîtrise incomplète de la tâche à transmettre, d’une différence d’âge entre les enfants tuteur et novice, ainsi qu’une préparation au rôle de tuteur, lequel doit être supervisé régulièrement par un adulte. Ce dispositif de formation et de soutien permet aux jeunes tuteurs de maintenir leurs objectifs dans la durée. Ces résultats sont à nos yeux, pour la plupart d’entre eux, tout à fait pertinents encore de nos jours, bien que les travaux récents ouvrent aujourd’hui une plus grande diversité de recherches dans ce domaine.
Cette seconde étape donne aux cinq élèves repérés comme susceptibles d’être tuteurs l’occasion de s’exprimer sur ce que représente l’aide. Cela leur permet de mettre en avant leurs propositions et leur motivation à devenir tuteur. En effet, il ne peut y avoir d’entraide si le futur tuteur ne s’engage pas pleinement, et surtout s’il ne s’en sent pas capable. Ainsi, le tutorat s’est donc appuyé sur les cinq élèves ayant été présélectionnés.

Parmi les orientations possibles, le choix du tutorat entre élèves s’est rapidement imposé. Cette pratique apparaissait comme la plus accessible (donc plus rassurante), mais aussi riche de possibilités dans nos classes caractérisées par une très forte hétérogénéité (des attitudes en classe, des résultats scolaires, de l’autonomie, etc.). Nous avons supposé que, dans un tel contexte, deux élèves de niveaux différents, ciblés à partir des observations de l’enseignant, pourraient s’enrichir mutuellement dans une forme de travail sans doute plus motivante pour eux. D’ailleurs, nous avions déjà tous plus ou moins mis en place cette modalité de travail. Nous nous demandions juste comment aller plus loin, c’est-à-dire comment passer d’une approche intuitive et informelle du tutorat à une approche plus formalisée, plus experte.
Avant d’instituer le tutorat dans ma classe (un cours double CE2-CM1), j’ai voulu réaliser quelques tentatives, à savoir des séances de français et de mathématiques durant lesquelles les élèves auraient la possibilité de s’entraider, mais sans plus de précisions de ma part. J’espérais de cette première étape des observations, des remarques, des questionnements, des commentaires d’élèves, autant de matériaux qui me permettraient ensuite d’élaborer un cadre de travail plus solide. J’ai appelé ces séances de lancement « essais ». Le mot « tutorat » n’a été introduit qu’au troisième essai. Les élèves avaient alors suffisamment de vécu pour cerner le concept, sans être encore en mesure de le définir clairement.
Une tâche scolaire, ici la résolution d’un problème mathématique (document Word, environ 13 ko), est le support de cette forme de travail. Je l’ai choisie, et selon un critère essentiel : il fallait un niveau de difficulté correctement dosé pour que tous les élèves puissent s’autoriser à se mettre au travail, qu’ensuite seule une partie d’entre eux parvienne à une résolution complète. C’est cette hétérogénéité dans la réussite qui permet de faire ensuite appel au tutorat comme dispositif adéquat au blocage de certains élèves ; dans ce contexte, en effet, des élèves experts pourront naturellement apporter leur aide aux élèves en difficulté.

Ce sont des étudiants inscrits dans la même filière que vous, mais en deuxième ou troisième cycle (c’est-à-dire qu’ils sont au minimum en master 1) et qui ont connu les mêmes galères que vous quelques années auparavant. Qui mieux que vos aînés pour vous faire profiter de leur expérience ? Ils sont volontaires, ont de bons résultats et connaissent toutes les méthodes de travail propres à la fac et peuvent ainsi vous guider dans votre dur labeur personnel. De plus, ils sont en relation avec les professeurs et savent parfaitement ce qu’ils attendent de leurs étudiants. N’hésitez pas à les mettre à contribution et suivez bien leurs conseils, ils sont là pour vous aider !
43Le guidage et l’étayage du tutorat semblent autoriser une forme de passivité dans les interactions si elle est associée à l’imitation. L’apprentissage coopératif ne paraît pas supporter ce type d’interactions « molles », puisque cette paresse sociale décrite par Huguet et Monteil (1996) n’aboutit pas à des progrès de la part des élèves. Au niveau de la situation tutorale, le tuteur est là pour impliquer tous les membres du groupe dans la tâche, à la différence de la situation coopérative où des élèves peuvent rester en retrait sans que personne ne les sollicite.

Cooperative learning and tutoring are peda-gogic methods rather close to our works of group in situationnel context school and aim at facilitating the learning of the pupils. In the first one, the equality of the skills is in principe required to allow the pupils to cooperate and to progress; in the second, it is the difference of skills between a tutor and his peer(s) that is organized. The asymmetry and the symmetry of the skills are questioned in the context of the school in works of group about tasks in French. The interactions which can be set up between the pupils, the age of the pupils, the fact that they are in position of equality or not, the relations ensuing from defined roles or not, and the type of activity are so many factors susceptible to modify the results of some and the others, and to be able to facilitate their school learning. So, the groups structured on the basis of the asymmetry of skills can benefit from an interactive surplus.

22Les facteurs susceptibles de faire varier la tutelle et ses effets. D’autres travaux exclusivement centrés sur l’analyse des conditions d’exercice de l’interaction de tutelle cherchent quant à eux à dégager les facteurs susceptibles de faire varier les bénéfices de l’interaction de tutelle. La démarche consiste alors à comparer les effets de deux modalités de situation de tutelle se différenciant uniquement sur le plan du facteur étudié et de ses effets. Fraysse (1991) et Berzin, Cauzinille-Marmèche et Winnykamen (1996) montrent ainsi qu’une consigne présentant les rôles de chacun des partenaires modifie la nature des interactions sans toutefois garantir des performances supérieures chez le novice. L’étude de Demerval (1998) précise que lorsque les conduites des tuteurs (s’ajuster à la demande du novice sans parler) et des novices (réaliser la tâche) âgés de 5-6 ans étaient spécifiées dans une tâche qui consistait à associer un personnage à un animal, leurs performances au post-test étaient meilleures que dans le groupe des dyades dont l’interaction était libre. En revanche, dans ce dernier groupe les performances durant le traitement expérimental étaient meilleures que dans le premier groupe. Ces études nous informent que la détermination de conduites précises associées aux rôles garantit plus sûrement des performances meilleures au post-test qu’une consigne n’indiquant que les rôles de chacun.
12Les six fonctions d’étayage mises en avant par Bruner (2002, p. 277-279) permettent d’établir des indicateurs de la tenue ou non de leurs rôles par les tuteurs. Pour lui, ce qui est bénéfique tient autant aux composantes socioaffectives qu’aux aspects cognitifs. Les effets d’un tel processus de soutien vont bien au-delà de la simple réalisation assistée de la tâche. Le schéma de l’instruction efficace est à la fois dépendant de l’élève et dépendant de la tâche, les exigences de la tutelle étant engendrées par l’interaction.
MTurk est un site Web qui permet aux utilisateurs de publier soit un emploi ou faire un travail. Chaque travail peut être fait en quelques secondes à une heure. Selon la complexité du travail et le temps imparti pour le travail, payer des montants différents. Je ai pu faire 10 $ de l'heure à plusieurs dizaines d'emplois qui payaient 25 cents chacun. Chaque travail m'a pris juste une demi-minute. Il est très facile de travailler et peut être consulté à tout moment et de travailler aussi longtemps que vous le souhaitez. Il ya toujours de nouveaux emplois.
32Au niveau de la situation tutorale, quand un tuteur ne remplit pas son rôle, ne s’occupe que de la tâche à accomplir et n’utilise pas les fonctions d’étayage pour aider les tutorés, ceux-ci n’accusent pas de progrès. C’est-à-dire que leurs trois résultats sont plus faibles après les séances collectives qu’initialement. Ainsi, le niveau de compétences plus élevé ne suffit pas à faire un bon tuteur. Une tutrice n’a pas pu ou su utiliser ses compétences pour expliquer et aider les membres de son groupe. L’on peut dire que, tout en étant restée experte, elle n’est pas devenue une véritable tutrice.

Actuellement en arrêt de travail suite à ma grossesse, je me penche sur l’idée d’un éventuel changement d’orientation ou complément de travail pour arrondir les fins de mois. Je suis de la génération, ordinateur , téléphone et internet. Et donc depuis toujours j’apprécie énormément de travailler ou m’échapper sur les ordinateurs. Aujourd’hui, je souhaite arrondir les fins de mois ou bien pourquoi ne pas effectuer un changement d’orientation. Après quelques recherches sur internet, je suis intéressé par vos offres concernant la saisie informatique car j’apprécie particulièrement les frappes sur clavier. Je ne sais pas vraiment à qui m’adresser pour effectuer un travail comme celui ci. Si jamais vous avez des offres de ce types à me proposer, je serais ravie de pouvoir les étudier et pourquoi pas les accepter.


41Selon Vygotski (1997, p. 270), l’enfant ne saurait imiter que ce qu’il peut imiter, ce qui se trouve dans la zone de ses propres possibilités intellectuelles, la ZPD. En présentant à l’enfant « un modèle dont les conduites sont d’un niveau génétique supérieur au sien », on crée un déséquilibre entre les attentes de l’enfant à l’égard des comportements du modèle et ceux qu’il perçoit effectivement (Perret-Clermont, 1996, p. 202). Plus loin, l’auteur écrit que « le déséquilibre cognitif créé chez les sujets n’est pas dû au fait qu’il tendrait à imiter son partenaire mais au conflit qui surgit entre leurs points de vue différents » (ibid., p. 204). Ces élèves passives, ne parlant pas ou très peu mais observant les autres faire, parviennent à progresser. L’imitation peut donc être source potentielle de progrès pour l’imitant.
Avant d’instituer le tutorat dans ma classe (un cours double CE2-CM1), j’ai voulu réaliser quelques tentatives, à savoir des séances de français et de mathématiques durant lesquelles les élèves auraient la possibilité de s’entraider, mais sans plus de précisions de ma part. J’espérais de cette première étape des observations, des remarques, des questionnements, des commentaires d’élèves, autant de matériaux qui me permettraient ensuite d’élaborer un cadre de travail plus solide. J’ai appelé ces séances de lancement « essais ». Le mot « tutorat » n’a été introduit qu’au troisième essai. Les élèves avaient alors suffisamment de vécu pour cerner le concept, sans être encore en mesure de le définir clairement.
"Ce que j'ai vu du monde du travail jusqu'à présent n'est pas très joyeux, pas très sain. C'est difficile à surmonter, tout ça... Je suis à la mission locale depuis trois ans. Après six ans d'études en secrétariat jusqu'au BTS, j'ai cherché du travail. Mais les employeurs ne donnent pas leur chance aux jeunes qui n'ont pas d'expérience. En plus, on m'a dit qu'il fallait être bilingue pour exercer ce métier. J'ai donc fait un bilan de compétences, et je me suis dirigée vers la fleuristerie. J'ai fait un CAP. J'ai trouvé du travail mais ma dernière expérience s'est mal passée. La patronne a mis fin à mon contrat en m'accusant de fautes que je n'avais pas commises, d'avoir pris dans la caisse. Elle a été très dure : "Vous avez votre CAP, mais il n'y a rien derrière." Elle a menti à ma formatrice, à ma mère. J'ai dit que c'était faux, mais je crains qu'un employeur susceptible de m'embaucher ne l'appelle et qu'elle répète ses mensonges. Depuis, j'ai du mal à m'y mettre. J'ai des moments de blues. Heureusement, j'ai un projet avec des amies : ouvrir une boutique de bijoux."
×