Le grand avantage, dans notre société contemporaine, c'est qu'aucun choix n'est forcément définitif! Contrairement à nos grands-mères qui restaient femmes au foyer toute leur vie sans avoir la possibilité de changer leur condition, nous pouvons décider de rester à la maison quelques années, puis de recommencer à travailler... Certaines femmes préfèrent retourner au travail lorsque leurs enfants sont tous à l'école, d'autres attendent qu'ils soient « grands » (après le secondaire), d'autres apprécient tellement leur rôle et leur routine qu'elles la conservent pour le reste de leur vie.
31D’autres expériences (Baudrit, 2002), mettent en avant l’intérêt du tutorat interculturel dans le cadre de l’intégration d’étrangers ou de populations issues de minorités ethniques. Comme nous l’avons vu dans les expériences belges, nous retrouvons l’idée selon laquelle la proximité cognitive entre tuteur et tuté est susceptible de favoriser la qualité de l’aide et du soutien apportés par les tuteurs. Une étude ethnographique (Baudrit, 2000) de cette forme de tutorat, réalisée sur la base de deux dyades, suggère ainsi que le tuteur comprendrait d’autant mieux les difficultés perçues par le tutoré pour les avoir lui-même rencontrées. Une étude récente (Hanze & Berger, 2007) réalisée en classe de 5e dans le domaine de l’apprentissage de la physique confirme quant à elle l’apparition chez les élèves d’une plus grande motivation et implication comparativement à ce que l’on peut observer dans une forme plus traditionnelle d’enseignement. Elle ne se révèle pas par contre plus efficace au niveau des performances atteintes.
Je passe dans les binômes tuteur/tutoré et m’informe de ce qui se passe. Au fur et à mesure, je note au tableau les éléments de méthode que les tuteurs utilisent : le verbe, on peut le conjuguer, on peut l’encadrer par la négation ; pour trouver le sujet, on demande « qui est-ce qui… ? » ; pour trouver le COD on fait « sujet + verbe + qui ou quoi ? », etc.
28Les observations réalisées dans le cadre de ces expériences pédagogiques, développées à grande échelle, font état d’une activité soutenue des deux partenaires qui apparaît en complet contraste avec la situation de classe. Sur le plan des conduites, on constate que la majeure partie des comportements non verbaux du tuteur est de nature à inciter et soutenir le partenaire. Si les tuteurs corrigent peu leur partenaire, ils le questionnent souvent, aident à faire découvrir l’erreur, le dirigent vers des aspects du matériel. Les renforcements positifs se révèlent beaucoup plus fréquents que les renforcements négatifs et en plus grand nombre que chez les enseignants. L’aide des tuteurs apporterait donc réflexion, information, auto-évaluation, dédramatisation de l’erreur. On relève en outre une progression plus importante en lecture chez les novices bénéficiant du tutorat entre enfants que chez ceux qui reçoivent un enseignement traditionnel, sans toutefois atteindre un niveau optimal.

Quel sujet "actuel" et intéressant, car étant moi aussi mère de 2 enfants 4 et 2 ans puis enceinte d'un troisième, je me questionne souvent sur mon équilibre personnel versus ce que la société préconise et valorise. Personnellement, pour moi le meilleur des 2 mondes c'est l'équilibre! et je pense qu'il varie d'une mère à une autre. IL y a des femmes avec qui j'ai parlé qui, comme le démontre "l'étude", ne peuvent concevoir de rester à la maison; elles me disaient qu'elles perdaient plus vite patience avec leur enfant et s'accomplissaient et se réalisaient davantage dans leur travail. D'autres, ne peuvent concevoir au contraire de retourner travailler durant la petite enfance et changent ou cessent carrément leur profession!
32Les travaux sur l’apprentissage coopératif. Les expérimentations conduites en situation de classe dans ce cadre s’inscrivent dans la lignée du modèle de la transmission sociale. L’éducation y est appréhendée en tant qu’activité culturelle et linguistique dans laquelle le langage et l’activité partagée sont considérés comme étant déterminants dans la construction des connaissances (Mercer, 1996). Il s’agit de développer dans ces situations une forme d’apprentissage qualifiée de cooperative learning au cours de laquelle les élèves sont répartis par groupe et doivent contribuer à la tâche commune et s’aider les uns les autres pour apprendre. À la différence des innovations pédagogiques examinées dans le paragraphe précédent, il s’agit ici de favoriser le développement d’une entraide que l’on pourrait qualifier de spontanée dans la mesure où l’initiateur de l’activité tutorielle n’est pas identifié a priori. Ainsi, contrairement à la définition de la tutelle donnée en introduction, les partenaires concernés ne poursuivent pas dans ce cas des buts distincts mais identiques. L’un aide l’autre puis se fait aider alternativement au cours de l’activité et dans le cadre de la réalisation collective de l’activité. Les plus récents de ces travaux présentent l’intérêt de souligner le rôle de la formation des élèves pour rendre plus efficaces les interactions entre élèves, mais également le rôle du maître et les effets de sa propre formation en la matière – sur lesquels on ne s’était pas véritablement interrogé jusqu’à présent.
Une tâche scolaire, ici la résolution d’un problème mathématique (document Word, environ 13 ko), est le support de cette forme de travail. Je l’ai choisie, et selon un critère essentiel : il fallait un niveau de difficulté correctement dosé pour que tous les élèves puissent s’autoriser à se mettre au travail, qu’ensuite seule une partie d’entre eux parvienne à une résolution complète. C’est cette hétérogénéité dans la réussite qui permet de faire ensuite appel au tutorat comme dispositif adéquat au blocage de certains élèves ; dans ce contexte, en effet, des élèves experts pourront naturellement apporter leur aide aux élèves en difficulté.
Je passe dans les binômes tuteur/tutoré et m’informe de ce qui se passe. Au fur et à mesure, je note au tableau les éléments de méthode que les tuteurs utilisent : le verbe, on peut le conjuguer, on peut l’encadrer par la négation ; pour trouver le sujet, on demande « qui est-ce qui… ? » ; pour trouver le COD on fait « sujet + verbe + qui ou quoi ? », etc.
Le ralentissement économique a diminué la disponibilité des emplois traditionnels, et de plus en plus de gens cherchent d'autres moyens pour gagner un revenu. Possibilités de travail à domicile sont disponibles, en particulier appeler centres d'emplois qui vous permettent de rester à la maison. Beaucoup de mères trouve que rester à la maison leur donne plus de temps à consacrer à leurs enfants.

Des évaluations se pratiquent régulièrement (cf. ci-dessus). Elles ont pour but de vérifier si les objectifs intermédiaires ont été atteints. Cela peut se faire par le biais des Q.C.M. (Questionnaire à Choix Multiple) présents en fin de certains chapitres. Les résultats de ces évaluations sont, si nécessaire, objets de discussion entre l'apprenant et le tuteur.

O : Et justement, j’avais commencé la primaire (7), tout ça, et c’était toujours eux qui se sont occupés de moi, qui m’ont emmenée, tout ça. Je voyais pas très souvent mes parents, parce qu’ils finissaient un peu tard, tout ça. Et je sais que c’est… D’un côté, quand on est venu ici, ça a été mieux pour moi parce que j’ai pu passer plus de temps avec mes parents. Ma mère, elle a un peu arrêté de travailler au début, mais après, comme j’ai eu un petit frère, elle a plus travaillé depuis. Et là, elle s’occupe toujours de lui. Et…
La plupart des commis à la saisie de données débutent avec un salaire compris entre 26 000 $ et 30 000 $. Votre niveau d'expérience, votre lieu d'exercice, le type de données que vous traitez et votre entreprise sont autant de facteurs qui influent sur votre salaire de départ. Avec de l'expérience, vous pouvez espérer obtenir jusqu'à 40 000$ par an. Cependant, l'expérience vous ouvrira d'autres opportunités plus lucratives au sein de votre entreprise ainsi que dans d'autres organisations.
11Dans le sillage de Bruner, la modélisation de la construction des connaissances est désormais fondée par de nombreux auteurs sur une perspective médiationnelle rendant compte de situations fortement dissymétriques maître/élève (voir par exemple Weil-Barais & Dumas Carré, 1998 ; Weil-Barais, 2004, concernant les apprentissages scolaires). Le travail de médiation réalisé par le maître est central. La tutelle, qui concerne en premier lieu les comportements de l’enseignant dans la mesure où il exerce une action sur l’élève, constitue un élément de cette médiation. L’efficacité de l’interaction est appréciée au travers de l’adéquation entre les conduites de l’élève et les intentions de l’action de l’enseignant. Cependant, la médiation scolaire inclut aussi le choix des tâches et des situations, les mises en scène pédagogiques, les formats des échanges, les stratégies interlocutoires... autrement dit, l’ensemble des dispositifs mis en œuvre pour rendre le savoir accessible à l’élève. D’après Weil-Barais (2004), être médiateur suppose de connaître les savoirs préalables des élèves et de négocier les changements que nécessite l’acquisition de savoirs nouveaux. La négociation entreprise par le maître vise donc à accompagner l’élève dans son travail de compréhension à partir de ce que le maître peut tirer des connaissances actuelles de l’élève. Les avancées de ce dernier, si elles ne permettent pas d’accéder directement aux connaissances du maître, visent alors à s’en rapprocher et à laisser entrevoir à l’élève que le savoir en question est de plus en plus à sa portée. La médiation qui constitue, nous l’avons vu, une des tâches essentielles de la pratique professionnelle de l’enseignant n’est pas propre, selon nous, aux seules relations maître/élève. Elle intervient également dans le cadre des relations entre enfants. Il s’agit alors de déterminer par quels processus les enfants arrivent à déterminer une réponse commune. Qu’il s’agisse de la médiation exercée par l’enseignant ou du partage de significations nécessaire à la réalisation d’une tâche commune, l’analyse des processus en jeu dans l’exercice de cette médiation (Weil-Barais, 2004) rejoint la perspective séquentielle qui incite à rendre compte finement de processus d’enseignement/apprentissage uniques jalonnant les interactions sociales.
De plus, la conception web est une excellente opportunité pour ceux qui ont peu d’expérience en programmation mais qui ont de l’expérience en tant que graphiste. Tout ce que vous avez à faire est d’apprendre le langage HTML qui est assez simple et inspirer les conceptions d’autres sites Web. Des langages tels que PHP, Java, JavaScript seraient également utiles, mais ils ne sont absolument pas nécessaires pour la conception de sites Web.
Actuellement en arrêt de travail suite à ma grossesse, je me penche sur l’idée d’un éventuel changement d’orientation ou complément de travail pour arrondir les fins de mois. Je suis de la génération, ordinateur , téléphone et internet. Et donc depuis toujours j’apprécie énormément de travailler ou m’échapper sur les ordinateurs. Aujourd’hui, je souhaite arrondir les fins de mois ou bien pourquoi ne pas effectuer un changement d’orientation. Après quelques recherches sur internet, je suis intéressé par vos offres concernant la saisie informatique car j’apprécie particulièrement les frappes sur clavier. Je ne sais pas vraiment à qui m’adresser pour effectuer un travail comme celui ci. Si jamais vous avez des offres de ce types à me proposer, je serais ravie de pouvoir les étudier et pourquoi pas les accepter.

La vérité, c’est que maintenant que la femme joue un rôle de plus en plus important au sein de la main-d’œuvre, exiger d’elle qu’elle reste à la maison pour s’occuper des enfants ne constitue pas toujours la solution la plus logique pour la famille. Il faut plutôt tenir compte du salaire, de l’horaire de travail et de la souplesse du poste de chaque conjoint. Le réseau de pères qui restent à la maison semble composé d’un éventail très varié de travailleurs, des avocats de haut calibre qui faisaient plus de 90 heures par semaine aux journalistes qui ne gagnent pas autant que leurs femmes.

×