Cette année, je suis en poste dans une nouvelle école d’une autre commune ; je suis sorti du Réseau d’éducation prioritaire. Pour autant, le tutorat, et plus généralement les pratiques coopératives sont pour moi des modalités de travail que je souhaite entretenir et approfondir avec mes nouveaux élèves. Beaucoup d’obstacles rencontrés l’année dernière proviennent, je crois, de la façon dont j’ai amené ces changements dans ma pratique de classe et dans les habitudes de travail des élèves : par crainte de perdre le contrôle des séances et du fonctionnement de la classe, j’ai posé d’emblée un cadre de travail assez strict, sans avoir suffisamment creusé les questions qui me venaient concernant l’organisation de la classe, les contenus d’enseignements et la gestion des relations. Les séances types de travail en tutorat que j’ai menées me paraissent donc aujourd’hui plutôt artificielles, même si elles ont donné des résultats satisfaisants dans l’ensemble. Au cours de ces expériences et après certaines recherches documentaires, il m’est apparu que cette lente et complexe élaboration du cadre pouvait s’effectuer de manière plus naturelle par la réflexion et la prise de décision des élèves eux-mêmes. Ne peuvent-ils pas en effet concevoir par eux-mêmes la coopération, envisager ses bénéfices et en définir les conditions ? C’est l’expérimentation que j’aimerais mener cette année. Je souhaite placer le tutorat entre pairs parmi d’autres pratiques coopératives, notamment les conseils de classe au cours desquels peuvent être abordées les questions concernant les objectifs et les moyens du tutorat : quels apprentissages et pour qui ?, constitution des paires tuteur/tutoré, rôle, droits et obligations de chacun, refonte de l’emploi du temps, aménagement de la classe, disposition du mobilier, accès au matériel pédagogique, ressources, évaluations, etc.
Après un congé parental, suivi d’une rupture conventionnelle, 
Myriam, 35 ans, a galéré plus de deux ans avant d’être embauchée en contrat aidé : « Pour moi, cette période reste un gros sinistre. C’est très difficile de s’en sortir quand on n’a aucun diplôme et que votre expérience n’est pas reconnue, alors que j’avais toujours travaillé comme secrétaire et même assistante de direction. » Comme l’explique Hélène Fauvel, rapporteuse de l’étude au nom de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité du Cese : « Les femmes non qualifiées sont les plus touchées par l’inactivité ; l’absence de diplôme est un critère déterminant qui joue plus que pour les hommes. Le soupçon pèse fort sur elles. » Assignée à résidence, Myriam tourne en rond. Et encaisse les réflexions : « Ça me faisait mal quand des personnes proches me demandaient si ça ne me dérangeait pas d’être payée à ne rien faire, d’être soumise à mon mari parce qu’il était seul à travailler. Pourtant, je me serrais la ceinture pour ne pas trop dépenser. Pendant mon temps libre, je n’allais pas m’acheter des livres ou faire du shopping ! »
Les parties signataires mandatent leurs représentants au sein du Conseil d’Administration de l’OPCA-TP et du FAF.SAB pour fixer, conformément aux dispositions législatives et réglementaires, le montant et les modalités d’attribution des aides financières qui seront apportées à l’entreprise dont le salarié aura été inscrit à l’Ordre des tuteurs des Travaux Publics ; ces prises en charges seront notamment les suivantes :
Non mais Nico, je n’ai rien à enseigner … Nous avons tout à enseigner, à partager avec les autres, cela peut être une connaissance ou une aptitude. Vraiment. Et il y a nécessairement quelqu’un d’autre qui a besoin d’apprendre cela. Tu ne me crois pas? Voyons voir sur ce long article je vous dis comment donner des leçons spéciales, je vous promets que vous voudrez vous inscrire après cela (en plus, j’ai fait une petite vidéo pour vous montrer ce qu’est Superprof).
ados alimentation animaux arts martiaux avion baccalauréat badminton beauté cinéma colocation conditions de travail conduire Corse couple covoiturage créer cuisine cyclisme danse DOM enfants Etats-Unis Europe facebook famille femmes football grève Guyane humour immigration internet IUT langues lecture Lille logement loisirs mariage Marseille montagne moto musculation musique métiers météo natation Noël orthographe Paris plongée politique poésie Provence prépa religion retraite rugby santé ski soldes solidarité stages tabac technologie tennis TGV traditions tutoyer téléphone université vacances voile vélo études
Pour le tableau de demande d’aide, par exemple en mathématiques, il y aurait trois colonnes (nombres et calculs, espace et géométrie, grandeurs et mesures). Les vignettes seraient affichées et accessibles aux futurs volontaires qu’ils retireraient afin de compléter le tableau de réponses d’aide. Celui-ci serait un tableau à double entrée plastifié (tuteur/tutoré) avec le prénom de chaque élève de la classe. Le tuteur volontaire cocherait dans la case de l’élève tutoré. Cette réponse serait formulée avant la séance afin que le tuteur ait connaissance de l’identité de l’élève et que l’enseignant puisse organiser au mieux l’espace de travail.
L’employeur peut demander l’inscription à l’Ordre des Tuteurs d’un salarié ayant obtenu le titre de maître d’apprentissage confirmé et suivi une formation appropriée et s’il exerce effectivement la fonction tutorale. Cette demande est accompagnée d’une copie du titre de maître d’apprentissage confirmée ainsi que de l’attestation de stage. L’employeur verse également à ce salarié, au moment où il intègre l’ordre, une prime de 650 € brut.
Vous pouvez aussi le faire avant et après l'école pour les enfants les jours d'école. Un grand nombre de parents qui travaillent juste besoin de quelqu'un pour regarder leurs enfants avant et après l'école pour combler le vide autour de la journée d'école. Cela garder une bonne partie de votre journée et comme un bonus supplémentaire, vos enfants auront des enfants dans plus pour jouer avec!
L’organisation proposée dans ma classe a certes été guidée, voire clairement définie par l’attribution des rôles et des espaces. Cependant, elle comporte des limites puisque les élèves ne quittent pas leur rôle. Si le tutorat se veut une pratique ouverte et extensive, constituer un réseau de tuteurs serait une solution (que Sylvain Connac propose) pour élargir le cadre que j’ai donné lors de cette première expérience. On proposerait à raison d’une heure par semaine un temps réservé au tutorat. On pourrait afficher « un tableau de demandes d’aide » et « un tableau de réponses d’aide ». La demande serait formulée sur une vignette (format A6) où seraient consignés au recto le prénom, la compétence, l’objet de la demande (passage du cours, exercice). Au verso, à l’issue du temps du tutorat, les élèves (tuteur et tutoré) pourraient ajouter des commentaires : réussite, échec, demandes diverses (temps supplémentaire, matériel…).
Sachez que personne à part vous ne sait ce qui vous convient le mieux. Vous souhaitez être une mère au foyer? C'est une option parfaitement envisageable, à condition de s'en donner les moyens. Ne vous bornez pas à écouter les avis extérieurs pour prendre votre décision, car c'est en vous-même que vous trouverez la solution. Pendant des siècles, les femmes se sont épanouies (oui, oui) en remplissant leurs rôles de mères et d'épouses. Ce n'est pas parce que la société a changé que toutes les femmes ont changé... Soyez réalistes et pesez bien le pour et le contre, mais n'hésitez pas à poursuivre votre rêve, même si celui-ci semble déroger à la norme.
Passez un entretien d’embauche. Si l’entrevue téléphonique se passe bien, il y a de fortes chances que vous receviez un appel afin de programmer un entretien en bonne et due forme. Étant donné que vous allez travailler depuis chez vous, il est fort probable que l’entretien se fasse via un site de téléconférence grâce auquel vous pourrez voir le chargé d’entrevue et échanger avec lui depuis le confort de votre domicile.
« Sur les femmes, pèse toujours le soupçon rampant de l’inactivité » (1). Cette suspicion d’oisiveté, héritage de la non-reconnaissance du travail féminin pendant des siècles, frappe particulièrement les femmes au foyer. Pourtant, une étude du Conseil économique, social et environnemental (Cese), présentée fin janvier, montre que beaucoup d’entre elles rêvent d’un emploi. Comme le souligne le document, « il apparaît bien, en effet, que la grande majorité des femmes éloignées du marché du travail le sont à leur corps défendant ». D’après l’Insee, 4,5 millions de femmes de 24 à 65 ans sont recensées comme inactives en 2011. Parmi elles, des « chômeuses de l’ombre », qui cherchent un poste mais sont découragées par leur situation ou indisponibles (lire ci-dessus)… et 2,1 millions de femmes au foyer. 
Si leur nombre a baissé depuis 20 ans, elles étaient 3,5 millions en 1991, en revanche, la proportion des femmes restant à la maison par choix a été divisée par trois, passant de 59 % à 21 %. C’est bien souvent la fin de leur contrat de travail ou un licenciement qui les cloue à domicile.
14Qu’en est-il alors des différences et points communs entre coopération et collaboration en matière d’apprentissage ? On peut associer au terme de collaboration un modèle européen où le projet de travail n’est pas forcément imposé mais choisi, comme dans le modèle d’apprentissage israélien, et qui s’appuie davantage sur une ouverture de l’esprit critique et sur des découvertes collectives. Tandis que, dans le travail coopératif issu du modèle américain, la réalité ou le projet sont imposés. On vise alors des apprentissages basés sur des savoirs fondamentaux liés aux activités scolaires (Baudrit, 2007).
Combien sont-elles chaque année à peser le pour et le contre : rester à la maison avec Junior ou reprendre le travail ? « Cette situation est aberrante ! Il faudrait pouvoir faire les deux. Aux États-Unis, il n’est pas rare qu’une femme exerce à mi-temps avec des responsabilités importantes. En France, c’est inenvisageable : il faut choisir entre carrière et enfants », se désole Isabelle Filliozat, psychothérapeute et auteure de Maman, je ne veux pas que tu travailles ! (Éditions Dervy Poche). Un choix parfois cornélien, comme en témoigne Hélène. « J’aurais adoré pouponner, mais financièrement c’était impossible. Au début, je pleurais tous les matins en déposant mon fils chez la nounou », raconte cette quadragénaire, avant d’expliquer que la situation s’est normalisée au bout de quelques semaines. Hélène peut-elle rétrospectivement se féliciter d’avoir pris la bonne décision ? « Quel que soit son choix, la mère ressent toujours de la culpabilité », répond la psychothérapeute. Alors quitte à culpabiliser, Marlène Schiappa n’a pas hésité : elle est retournée bosser sans sourciller !
Il est possible de trouver sur Internet de nombreuses opportunités de travail à distance, et la saisie de données fait partie des plus populaires d’entre elles. Si vous êtes doué en matière de saisie de données, et si vous cherchez à travailler depuis votre domicile, il y a un certain nombre d’options que vous pouvez choisir, y compris celle de travailler en freelance afin d’arrondir vos revenus à la fin du mois ou celle d’occuper un poste à plein temps qui pourrait vous permettre de lancer votre carrière. Pour travailler depuis chez vous, vous devez être organisé et autonome, mais si vous vous y prenez bien, cela peut représenter une formidable opportunité pour vous.

« Je ne vois que des bonnes raisons à cela », justifie cette dernière, présidente de l’association Maman travaille, avant de dresser une liste d’arguments longue comme le bras. Selon elle, les mères actives sont moins intrusives, puisque leur quotidien ne tourne pas exclusivement autour de leur marmaille. En outre, elles permettent à leurs bambins d’être davantage au contact d’adultes, ce qui est un gage de leur épanouissement personnel. Enfin, elles transmettent à leur progéniture un modèle en phase avec leur discours. « Il me semble difficile de dire à sa fille de travailler à l’école pour avoir un bon métier quand on n’a soi-même jamais flirté avec l’univers professionnel », illustre Marlène. Des propos auxquels Yohann adhère totalement. « Si ma mère m’avait demandé mon avis, je lui aurais conseillé de bosser ! », répond-il du haut de ses 35 ans. La raison ? Il a très mal vécu la pression maternelle durant son enfance. « Son job, c’était de s’occuper de ses trois enfants. D’une certaine manière, nous étions ses employeurs : elle travaillait pour notre réussite scolaire. Mais à l’adolescence, elle nous l’a reproché ! À l’entendre, elle s’est sacrifiée pour nous. Comme si les gamins que nous étions avaient eu le pouvoir de lui dicter sa conduite. En réalité, elle n’a jamais assumé son statut de femme au foyer », analyse le jeune homme avec le recul.
39Conception du processus d’aide et compétences inférentielles en jeu. Qu’il s’agisse d’innovations pédagogiques ou de travaux de laboratoire, les travaux que nous venons d’évoquer montrent que les interactions tutorielles ne se révèlent pas uniquement profitables pour le novice. L’évolution des cadres de référence qui, nous l’avons vu en première partie, conduit aujourd’hui à s’intéresser davantage aux processus en jeu dans l’interaction qu’aux effets escomptés en terme de progrès cognitif, conduit depuis les années 2000 au développement de travaux centrés cette fois sur le rôle joué par les compétences inférentielles en jeu ou encore sur les représentations que les enfants peuvent se faire plus généralement de la situation d’enseignement/ apprentissage dont il s’agit d’analyser l’impact sur la nature du processus d’aide ou plus largement du type d’interaction développé. Ces travaux tentent de mettre en relation la nature du processus d’aide mis en œuvre avec le développement de la théorie de l’esprit, définie comme la capacité à attribuer des états mentaux à soi-même et à autrui (Premack & Woodruff, 1978).

Voici combien il en coûterait pour qu’un des deux parents reste à la maison, selon quelques situations typiques et quelques tranches de revenus. Le calcul s’applique pour 2014. Les résultats seront différents avec les nouveaux tarifs de garderie qui entreront en vigueur en avril prochain. « De 50 000 $ à 75 000 $, les frais sautent à 8 $ et culmineront à 20 $ autour de 155 000 $, rappelle Claude Laferrière. Par contre, quand un couple n’aura plus qu’un seul revenu, le fractionnement fédéral (si la mesure est maintenue après les élections) deviendra avantageux. »


11Dans le sillage de Bruner, la modélisation de la construction des connaissances est désormais fondée par de nombreux auteurs sur une perspective médiationnelle rendant compte de situations fortement dissymétriques maître/élève (voir par exemple Weil-Barais & Dumas Carré, 1998 ; Weil-Barais, 2004, concernant les apprentissages scolaires). Le travail de médiation réalisé par le maître est central. La tutelle, qui concerne en premier lieu les comportements de l’enseignant dans la mesure où il exerce une action sur l’élève, constitue un élément de cette médiation. L’efficacité de l’interaction est appréciée au travers de l’adéquation entre les conduites de l’élève et les intentions de l’action de l’enseignant. Cependant, la médiation scolaire inclut aussi le choix des tâches et des situations, les mises en scène pédagogiques, les formats des échanges, les stratégies interlocutoires... autrement dit, l’ensemble des dispositifs mis en œuvre pour rendre le savoir accessible à l’élève. D’après Weil-Barais (2004), être médiateur suppose de connaître les savoirs préalables des élèves et de négocier les changements que nécessite l’acquisition de savoirs nouveaux. La négociation entreprise par le maître vise donc à accompagner l’élève dans son travail de compréhension à partir de ce que le maître peut tirer des connaissances actuelles de l’élève. Les avancées de ce dernier, si elles ne permettent pas d’accéder directement aux connaissances du maître, visent alors à s’en rapprocher et à laisser entrevoir à l’élève que le savoir en question est de plus en plus à sa portée. La médiation qui constitue, nous l’avons vu, une des tâches essentielles de la pratique professionnelle de l’enseignant n’est pas propre, selon nous, aux seules relations maître/élève. Elle intervient également dans le cadre des relations entre enfants. Il s’agit alors de déterminer par quels processus les enfants arrivent à déterminer une réponse commune. Qu’il s’agisse de la médiation exercée par l’enseignant ou du partage de significations nécessaire à la réalisation d’une tâche commune, l’analyse des processus en jeu dans l’exercice de cette médiation (Weil-Barais, 2004) rejoint la perspective séquentielle qui incite à rendre compte finement de processus d’enseignement/apprentissage uniques jalonnant les interactions sociales.
La plupart des commis à la saisie de données débutent avec un salaire compris entre 26 000 $ et 30 000 $. Votre niveau d'expérience, votre lieu d'exercice, le type de données que vous traitez et votre entreprise sont autant de facteurs qui influent sur votre salaire de départ. Avec de l'expérience, vous pouvez espérer obtenir jusqu'à 40 000$ par an. Cependant, l'expérience vous ouvrira d'autres opportunités plus lucratives au sein de votre entreprise ainsi que dans d'autres organisations.
Créer un blogue est une excellente façon de lancer la carrière d’un pigiste et de vous démarquer sur l’Internet. Le blogue vous permet également de mettre à profit votre esprit créatif et de dénicher un auditoire. Que vous écriviez sur votre vie comme papa à la maison, sur vos inspirations quotidiennes ou encore sur votre passe-temps, vous trouverez un auditoire pour tout!
×